Don de gamètes

L’offre de soins

Donner ses gamètes

cuve

Donner ses ovocytes

Le don d’ovocytes permet de répondre à un désir de parentalité chez des couples dont les ovocytes de la femme sont soit en nombre insuffisant naturellement ou après un traitement, soit présentant des anomalies, soit avec un risque de transmettre une anomalie génétique.

Plus d’informations sur www.dondovocytes.fr

  • Les conditions

    • Etre majeure
    • Avoir moins de 38 ans
    • Etre en bonne santé
    • Avoir l’accord de votre conjoint(e) si vous vivez en couple

    Lois n° 94-653 du 29 juillet 1994, 2004-800 du 6 août 2004 et 2011-814 du 7 juillet 2011

  • Femme sans enfant

    Depuis fin 2015, les femmes qui n’ont pas d’enfant peuvent donner leurs ovocytes. La loi prévoit la possibilité pour ces donneuses de conserver une partie des ovocytes obtenus pour elles (sous réserve d’un nombre suffisant d’ovocytes matures recueillis le jour de la ponction).

  • Parcours de prise en charge

    Vous pouvez prendre contact avec le CECOS par e-mail resa.cecos@cch.aphp.fr qui vous adressera en retour :

    • Un dossier d’informations pratiques sur le parcours du don d’ovocytes
    • Les ordonnances nécessaires à la réalisation d’un bilan de réserve ovarienne (dosages hormonaux et échographie)

    Si le bilan est compatible avec une démarche de don d’ovocyte, la candidate rencontrera lors d’une ou 2 matinées de rendez-vous groupés :

    • un biologiste ;
    • un gynécologue ;
    • un psychologue ;
    • un cytogénéticien ;
    • une sage-femme.

     

    Au cours de la démarche, plusieurs tests seront réalisés :

    • vérification du statut sérologique (VIH, hépatite B et C, syphilis) ;
    • analyse génétique (caryotype) ;
    • un arbre généalogique est dressé, en attachant de l’importance aux antécédents familiaux.
  • Les techniques pratiquées à l'hôpital Cochin - Port-Royal

    La candidate au don recevra une stimulation hormonale et ses ovocytes seront recueillis lors d’une ponction ovarienne. Après la ponction, les ovocytes sont mis en fécondation in vitro pour les couples receveurs en attente de don.

Donner ses spermatozoïdes

Le don de sperme  permet de répondre à un désir de parentalité chez des couples dont l’homme n’a pas de spermatozoïdes naturellement ou après un traitement, dont les spermatozoïdes présentent des anomalies, ou encore qu’il existe un risque de transmettre une anomalie génétique.

Plus d’informations sur www.dondespermatozoides.fr

  • Les conditions

    • Etre majeur
    • Avoir moins de 45 ans
    • Etre en bonne santé
    • Avoir l’accord de votre conjoint(e) si vous vivez en couple

    Lois n° 94-653 du 29 juillet 1994, 2004-800 du 6 août 2004 et 2011-814 du 7 juillet 2011

  • Homme sans enfant

    Depuis fin 2015, les hommes qui n’ont pas d’enfant peuvent donner leurs spermatozoïdes. La loi prévoit la possibilité pour ces donneurs de réaliser un recueil supplémentaire leur permettant de conserver des spermatozoïdes pour leur propre usage utilisables si besoin par des techniques d’assistance médicale à la procréation.

  • Parcours de prise en charge

    Vous pouvez prendre contact avec le CECOS par e-mail resa.cecos@cch.aphp.fr afin d’obtenir un rendez-vous avec un biologiste afin d’aborder les questions autour du don de spermatozoïdes et les modalités pratiques.

    Lors de différents entretiens le candidat rencontrera :

    • un biologiste ;
    • un psychologue ;
    • un cytogénéticien.

     

    Un premier prélèvement permettra d‘analyser les paramètres spermatiques, notamment sa résistance à la congélation. Les résultats du 1er prélèvement permettront de déterminer le nombre de recueils suivants à effectuer.

    Au cours de la démarche, plusieurs tests seront réalisés :

    • vérification du statut sérologique (VIH, hépatite B et C, syphilis) ;
    • analyse génétique (caryotype) ;
    • an arbre généalogique est dressé, en attachant de l’importance aux antécédents familiaux.

    Les spermatozoïdes congelés sont conservés en laboratoire jusqu’à leur attribution à des couples receveurs en attente de don, en vue d’une assistance médicale à la procréation.

Donner ses embryons

Vous avez des embryons congelés et pour lesquels vous n’avez plus de projet parental. Vous avez la possibilité de les donner. Il s’agit d’un acte de générosité qui peut permettre à des couples infertiles d’accomplir leur projet parental. De nombreux couples souffrent d’une double infertilité ou d’une maladie, génétique ou métabolique, rendant toute grossesse impossible.

  • Les conditions

    Tous les embryons ne peuvent pas être donnés. Il existe en effet des contre-indications au don, en fonction des risques éventuels liés par exemple à l’âge, au risque infectieux, au risque de transmission d’une pathologie. C’est pourquoi dès réception de votre bulletin de choix, votre dossier sera examiné par le médecin responsable qui vous contactera.

  • En pratique

    Après examen de votre dossier, une consultation sera organisée au CECOS de Cochin – Port-Royal avec le médecin, la généticienne et une psychologue si vous le souhaitez.

    Cette consultation au CECOS est obligatoire pour les deux membres du couple.

    Elle permet de vous informer plus précisément, de recueillir vos antécédents personnels et familiaux, de vérifier vos sérologies et de vous faire signer les consentements au don. C’est à l’issue de cette consultation que la décision sera validée.

Recevoir des gamètes

jiuj

Recevoir des ovocytes

  • Les conditions

    • En cas de diminution de la réserve ovarienne ne permettant pas de stimulation hormonale.
    • Si vous êtes susceptible de transmettre une maladie génétique grave à votre enfant.
    • En cas d’échecs répétés en AMP, une fois la procédure intraconjugale terminée.
  • Parcours de prise en charge

    1- L’ouverture du dossier – premier entretien 

    Le premier entretien est destiné à :

    • répondre aux différentes questions que vous pouvez vous poser sur cette autre façon d’accéder à la parentalité et de fonder une famille ;
    • s’assurer que votre demande répond aux exigences légales concernant le recours au don de gamètes ;
    • recueillir les informations qui permettront de choisir la donneuse.

     2- La période d’attente 

    Après l’ouverture du dossier, il y a toujours une période d’attente précédant la prise en charge. Ce délai est dû au faible nombre de donneuses en France. Au moment de votre inscription, le délai d’attente varie en fonction des demandes et peut s’étendre de 12 mois à 5 ans.

    Démarches à effectuer pendant la période d’attente :

    • consultation avec le médecin gynécologue de Cochin qui assurera votre prise en charge en AMP ;
    • consultation avec un des psychiatres ou psychologues du CECOS ;

    Cet entretien, prévu par la loi de bioéthique, est un moment de réflexion sur les implications psychologiques liées à l’infertilité, à l’insémination, au donneur, à la filiation, à l’information ou non de l’enfant à venir et à l’accès à la parentalité par don de gamètes.

    • démarche auprès d’un notaire afin d’obtenir un consentement à une AMP avec tiers donneur (article 6 de la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice modifie les règles relatives au consentement donné à une AMP avec tiers donneur (art. 311-20 C. civ., L2141-6 et L2141-10 CSP)) ;
    • analyses de sperme et consultation avec un Biologiste de la Reproduction ;
    • prise de sang.

    3- Deuxième consultation avec le CECOS

    Le jour de votre RDV, le médecin reverra l’ensemble de votre dossier médical avec vous. L’inscription sur la liste de programmation sera effectuée seulement si votre dossier est complet. Une fois sur la liste d’attente de programmation, dès qu’une prise en charge sera possible, vous serez contactés par la sage-femme du service de médecine de la reproduction.

  • Quels sont les critères de sélection d'une donneuse par le biologiste pour un couple ?

    • Les principales caractéristiques morphologiques (taille, poids, couleur de la peau, des cheveux, des yeux). Il est tenu compte aussi bien des caractéristiques morphologiques de la femme que celles de son conjoint.
    • Le groupe sanguin (A, B, O et rhésus).
    • Les antécédents familiaux de l’homme du couple receveur sont étudiés, afin d’éviter de cumuler les risques pour la santé de l’enfant.
  • Les techniques pratiquées à l'hôpital Cochin - Port-Royal

    • La donneuse reçoit un traitement hormonal favorisant la stimulation ovarienne. Le but est de ponctionner des ovocytes matures qui pourront être attribués aux couples receveurs en attente de don.
    • Les ovocytes sont mis en fécondation avec les spermatozoïdes de monsieur.
    • De son côté, la receveuse du don d’ovocytes suit un traitement visant à préparer l’utérus et l’endomètre à recevoir un embryon au stade blastocyste (soit au 5ème jour/6ème jour de culture embryonnaire).
  • La question de l'âge

    En France, le nombre de donneuses d’ovocytes est insuffisant pour répondre à toutes les demandes des couples en attente d’un don.

    Les centres qui s’occupent du don d’ovocytes mettent donc en place des critères de prise en charge.

    L’ouverture d’un dossier pour une demande de don d’ovocytes est possible jusqu’à la date anniversaire des 40 ans de la femme et jusqu’à la date anniversaire des 60 ans de monsieur.

  • La demande d'un deuxième enfant

    Après la naissance de votre premier enfant conçu par don d’ovocytes, si vous souhaitez bénéficier d’un deuxième don d’ovocytes, cela est possible sous condition de respecter les critères de prise en charge du centre.

Recevoir des spermatozoïdes

  • Les conditions

    • En cas d’absence de spermatozoïdes.
    • Si vous êtes susceptible de transmettre une maladie génétique grave à votre enfant.
    • En cas d’échecs répétés en AMP, une fois la procédure intraconjugale terminée.
  • Parcours de prise en charge

    1- L’ouverture du dossier – premier entretien 

    Le premier entretien est destiné à :

    • répondre aux différentes questions que vous pouvez vous poser, sur cette autre façon d’accéder à la paternité, de fonder une famille ;
    • s’assurer que votre demande répond aux exigences légales concernant le recours au don de gamètes ;
    • recueillir les informations qui permettront de choisir les spermatozoïdes de donneur utilisés dans votre cas ;
    • convenir du gynécologue qui pratiquera les inséminations. En effet, le CECOS ne se charge pas de la réalisation des inséminations ou des fécondation in vitro (FIV). Cette prise en charge peut être réalisée par les gynécologues de l’hôpital Cochin – Port-Royal ou dans tout autre centre d’AMP public ou privé.

     2- La période d’attente 

    Après l’ouverture du dossier, il y a toujours une période d’attente précédant le début des inséminations. Ce délai est dû au faible nombre de donneurs en France. Au moment de votre inscription, le délai moyen d’attente est de 1 an.

    Démarches à effectuer pendant la période d’attente :

    • consultation avec le médecin gynécologue qui assure votre prise en charge en AMP ;
    • consultation avec un des psychiatres ou psychologues du CECOS ;

    Cet entretien, prévu par la loi de bioéthique, est un moment de réflexion sur les implications psychologiques liées à l’infertilité, à l’insémination, au donneur, à la filiation, à l’information ou non de l’enfant à venir, à l’accès à la parentalité par don de gamètes.

    • démarche auprès d’un notaire afin d’obtenir un consentement à une AMP avec tiers donneur (article 6 de la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice modifie les règles relatives au consentement donné à une AMP avec tiers donneur (art. 311-20 C. civ., L2141-6 et L2141-10 CSP)) ;
    • prise de sang.

    3- Deuxième consultation avec le CECOS

    • Le jour de votre RDV, le médecin reverra l’ensemble de votre dossier médical avec vous.
    • La réservation des paillettes sera effectuée seulement si votre dossier est complet.
  • Quels sont les critères de sélection d'un donneur par le biologiste pour un couple ?

    • Les principales caractéristiques morphologiques (taille, poids, couleur de la peau, des cheveux, des yeux). Il est tenu compte aussi bien des caractéristiques morphologiques de la femme que celles de son conjoint.
    • Le groupe sanguin (A, B, O et rhésus)
    • Les antécédents familiaux de la femme du couple receveur sont étudiés, afin d’éviter de cumuler les risques pour la santé de l’enfant.
  • Les techniques pratiquées à l'hôpital Cochin - Port-Royal

    • Chaque fois que le bilan de fertilité féminine le permet, le traitement débute par des inséminations intra-utérines qui seront poursuivies pendant 4 à 6 cycles. En cas d’échecs, une technique par FIV/ICSI pourra être envisagée.
    • Les inséminations peuvent être réalisées sur plusieurs cycles successifs avec 20 à 25 % de chances de succès à chaque cycle.
    • Les FIV/ICSI ne peuvent être répétées que tous les 3 mois en moyenne et offrent 30 à 35 % de chances de succès à chaque tentative, sans compter celles offertes par la congélation d’embryon.
  • La question de l'âge

    • Chez la femme

    On sait que les chances de grossesse menée à terme diminuent avec l’âge. Nous sommes donc conduits à modifier les modalités de prise en charge des couples en fonction de l’âge des femmes : Au-delà du 40ème anniversaire de la femme, la demande de don de spermatozoïdes n’est pas acceptée au CECOS de Cochin-Port-Royal.

    • Chez l’homme

    La demande de don de spermatozoïde ne pourra être acceptée au delà du 60ème anniversaire de monsieur.

  • La demande d'un deuxième enfant

    Pour la demande d’un 2eme ou 3eme enfant, les critères de la prise en charge pour le don de spermatozoïdes précédemment cités sont applicables. Les démarches sont identiques à celles de la demande de 1er enfant.

    Cette demande ne pourra être enregistrée avant l’âge des 6 mois de l’enfant et le délai d’attente sera réduit à 9 mois.

Recevoir des embryons

  • Les conditions

    • En cas d’infertilité des deux membres du couple.
    • Si vous êtes susceptible de transmettre une maladie génétique grave à votre enfant.
    • En cas d’échecs répétés en FIV une fois la procédure intra-conjugale  terminée.
  • Parcours de prise en charge

    1- L’ouverture du dossier – premier entretien 

    Le premier entretien est destiné à :

    • répondre aux différentes questions que vous pouvez vous poser, sur cette autre façon d’accéder à la paternité, de fonder une famille ;
    • s’assurer que votre demande répond aux exigences légales concernant le recours au don de gamètes ;

     2- La période d’attente 

    Après l’ouverture du dossier, il y a toujours une période d’attente précédant la prise en charge. Ce délai est dû à la disproportion entre le nombre de couples donneurs d’embryons et le nombre de couples qui accueillent un embryon.

    Démarches à effectuer pendant la période d’attente :

    • consultation avec le médecin gynécologue qui assure votre prise en charge en AMP ;
    • consultation avec un des psychiatres ou psychologues du CECOS.

    Cet entretien, prévu par la loi de bioéthique, est un moment de réflexion sur les implications psychologiques liées à l’infertilité, à l’insémination, au donneur, à la filiation, à l’information ou non de l’enfant à venir, à l’accès à la parentalité par don de gamètes.

    • démarche  auprès d’un notaire afin d’obtenir un consentement à une AMP avec tiers donneur (article 6 de la loi n° 2019-222 du 23 mars 2019 de programmation 2018-2022 et de réforme pour la justice modifie les règles relatives au consentement donné à une AMP avec tiers donneur (art. 311-20 C. civ., L2141-6 et L2141-10 CSP)) ;
    • prise de sang.

    3- Deuxième consultation avec le CECOS

    • Le jour de votre RDV, le médecin reverra l’ensemble de votre dossier médical avec vous.
    • L’inscription sur la liste de programmation sera effectuée seulement si votre dossier est complet.
  • Quels sont les critères de sélection des embryons par le biologiste pour un couple ?

    • Les principales caractéristiques morphologiques (taille, poids, couleur de la peau, des cheveux, des yeux). Il est tenu compte aussi bien des caractéristiques morphologiques de la femme que celles de son conjoint.
    • Le groupe sanguin (A, B, O et rhésus).
  • Les techniques pratiquées à l'hôpital Cochin - Port-Royal

    La receveuse de l’accueil d’embryon suit un traitement visant à préparer l’utérus et l’endomètre à recevoir un embryon au stade blastocyste.